Le fondamentaliste et les philosophes

Paul entre Athènes et Corinthe

Introduction.

Le récit comme une pédagogie des comportements

et de la compréhension du monde

Prenez comme exemple un événement parfaitement anodin dans les Alpes : L’effondrement d’une paroi rocheuse à Derborence au 17e siècle. Il y a eu passablement d’autres éboulements, d’autres villages sinistrés au cours des siècles, mais celui-ci a donné lieu à l’œuvre de CF Ramuz, et Derborence est devenu l’archétype de la catastrophe naturelle qui fait référence dans la culture. Sans le récit du romancier, l’Histoire n’aurait rien retenu, sinon pour la curiosité des spécialistes, quelques hypothèses géologiques au moment de réaliser la cartographie de la région.

L’auteur des « Actes » va développer une histoire, en suivant le fil de deux personnes importantes au début du Christianisme, situant des communautés et des événements qui ont marqué les croyants de cette époque et dont les témoignages sont encore accessibles au début du 2e siècle … et compréhensibles au 21e siècle.

Si nous prenions les textes, non pas selon la méthode historico-critique ou paléographique, mais en se posant la question : A quoi doivent-ils servir ?               Et à quelles situations répondent ils ?

Pour les évangiles, c’est à peu près clair : Ils sont une initiation à la vie du Christ et donc un support pour son enseignement, une « Histoire Sainte » pour nous encourager à le « suivre » comme nous croyons pouvoir le faire, avec les risques qu’il a couru, les oppositions qu’il a du affronter, et sa détermination pour assumer la « vérité » et la Liberté des enfants de D.IEU.

En ce qui concerne les Actes des Apôtres, qui suit / complète l’Évangile de Luc (même auteur?) nous sommes dans une autre perspective. Il y a longtemps que Jésus de Nazareth est mort (environ deux générations = 60-70 ans) et l’histoire des premières communautés s’est déjà bien complexifiée : Les disciples sont partis dans toutes les directions avec leurs propres compréhensions de ce Rabbi qu’ils pressentent Messie, et dont il faut assurer la transmission du message.

L’idée qu’ils étaient tous assidus à la prière et au partage des biens n’aurait pas été mentionnée si cela avait été la réalité ! (Actes 2:42-46) car très vite nous apprenons que Pierre et Paul ont des « visions du Royaume » et des conditions pour y accéder qui diffèrent éventuellement gravement, jusqu’au « Concile de Jérusalem » qui consacrera la coexistence pacifique des pratiques devenues courantes, même si elles sont différentes, et non pas divergentes.(Actes 15:1-12)

Il n’y a pas encore de « droit Canon » avec articles et définitions dogmatiques. Il y a des Apôtres= disciples de Jésus de son vivant. Il y a des « autres apôtres » qui se sont auto proclamés comme Paul. Et puis des « prophètes » qui se considèrent fidèles à Jésus de Nazareth, pratiquant le baptême sans succession apostolique, mais « qui n’est pas contre nous est avec nous »(Luc 9:50), Dieu y reconnaîtra les siens.

Tout au long de ce récit, nous découvrons les difficultés et les succès de la prédication apostolique, la complexité des relations humaines, et les différences culturelles des villes et régions traversées par ces « itinérants » de la communication chrétienne, chacun avec ses charismes et ses défauts.

Le réalisme de l’auteur des Actes ne nous épargne rien : les « plantées » qui conduisent à la prison, les bagarres entre convaincus divergents, les conversions miraculeuses, et les surprises comme l’apparition de Lydie, la marchande de Pourpre devenue sans doute « cheffe de la communauté de Philippe de Macédoine » puisque c’est chez elle que vont se retrouver les croyants de cette bourgade du nord de la mer Eggée, face à la Turquie, et première étape européenne de Paul.

Pierre est la figure au premier plan de la première partie des Actes, Paul est le héros de la seconde section, et son voyage se termine à Rome, ou plutôt le Livre es Actes se termine avec le séjour de Paul à Rome, avant sa mort.

Je n’aborderai pas le parcours de Pierre, bien connu comme pêcheur engagé par Jésus au début de son parcours pour s’assurer (Ah bon?) un moyen de locomotion sur la Lac de Tibériade…

L’origine culturelle de Paul

Actes 22  (TOB)

3« Je suis Juif, né à Tarse en Cilicie, mais c’est ici, dans cette ville, que j’ai été élevé et que j’ai reçu aux pieds de Gamaliel une formation strictement conforme à la Loi de nos pères. J’étais un partisan farouche de Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui,

Actes 23 :6Sachant que l’assemblée était en partie sadducéenne et en partie pharisienne, Paul s’écria au milieu du Sanhédrin : « Frères, je suis Pharisien, fils de Pharisiens ; c’est pour notre espérance, la résurrection des morts, que je suis mis en jugement. » 

Paul est, ce que nous pourrions appeler un « Fondamentaliste Juif ». Il a été éduqué en « circuit fermé ». Il ignore la culture du « monde » et même s’il vit au milieu de la civilisation gréco-romaine ( Il se dit citoyen Romain) il en récuse les traditions et « la religion » … dont, en fait, il ne connaît que ce qui en est visible : Les temples et les cérémonies publiques.

Il s’applique à la seule chose qui importe à tous les hassids : Vivre de l’étude de la Torah dans une yeshiva (celle de Gamaliel) et se garde du « monde » et des plaisirs qui détournent le fidèle de YHWH. (Comme les Fondamentalistes juifs aujourd’hui, chapeau noirs et papillottes)

Il y a des chances que devenus « apôtre » il continue dans sa perception du monde, comme aujourd’hui certains mouvements fondamentalistes chrétiens (Darbystes, Amish, etc) sans aucun intérêt pour le « modernisme » … ou comme le pape Pie X dans son encyclique Pascendi Dominici Gregis en 1907

Paul trouve la communauté de Philippe de Macédoine

Actes 16

6Paul et Silas parcoururent la Phrygie et la région galate, car le Saint Esprit les avait empêchés d’annoncer la Parole en Asie. (Nord et centre de l’Anatolie)

7Arrivés aux limites de la Mysie, ils tentèrent de gagner la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus les en empêcha. 8Ils traversèrent alors la Mysie et descendirent à Troas. 

9Une nuit, Paul eut une vision : un Macédonien lui apparut, debout, qui lui faisait cette prière : « Passe en Macédoine, viens à notre secours ! » 

10 A la suite de cette vision de Paul, nous avons immédiatement cherché à partir pour la Macédoine, car nous étions convaincus que Dieu venait de nous appeler à y annoncer la Bonne Nouvelle.

A Philippe de Macédoine, Paul trouve hébergement chez Lydie :

Comme ce fut le cas dans presque tous ses déplacements, Paul et ses amis vont rejoindre les « craignants Dieu » les « pas tout à fait juifs » ces croyants attirés par cette spiritualité qui vénèrent un Dieu imprononçable qui proclame Dix Paroles moins compliquées que les rituels gréco-romains ou les mystères orientaux.

Jésus déjà fréquentait « ces gens là » au bord du Jourdain, le long de la Mer de Galilée, ces croyants qui n’appréciaient pas vraiment les pharisiens et les sadducéens trop proches du pouvoir de l’occupant.

Actes 16

13 Le jour du sabbat, nous en avons franchi la porte, pour gagner, le long d’une rivière, un endroit où, pensions-nous, devait se trouver un lieu de prière ; une fois assis, nous avons parlé aux femmes qui s’y trouvaient réunies. 

14L’une d’elles, nommée Lydie, était une marchande de pourpre originaire de la ville de Thyatire qui adorait déjà Dieu. Elle était tout oreilles ; car le Seigneur avait ouvert son cœur pour la rendre attentive aux paroles de Paul.

15 Lorsqu’elle eut reçu le baptême, elle et sa maison, elle nous invita en ces termes : « Puisque vous estimez que je crois au Seigneur, venez loger chez moi. » Et elle nous a forcés d’accepter.

Le séjour tourne mal, comme d’habitude, la polémique entre deux fondamentalismes, les uns fidèles au Judaïsme, les autres annonçant la « Bonne Nouvelle »…

Actes 17 : 15 ss. – Actes 18:18

15Ceux qui escortaient Paul poussèrent jusqu’à Athènes, puis ils s’en retournèrent, avec l’ordre, pour Silas et Timothée, de venir le rejoindre au plus vite.

Paul et les philosophes d’Athènes.

Qui sont ces « Philosophes » ? Les « people » de l’époque, mais aussi les savants, mathématiciens, physiciens, chercheurs de réponses, et poseurs de questions réalistes sur l’état du monde, des objets, des étoiles et de la matière.

Comment a-t-elle apparu, cette terre et tout ce qu’elle contient : Par exemple : Une chaise : Une fois brûlée, il ne reste qu’un petit tas de cendres. Donc la matière de la chaise est constituée essentiellement de « vide » puisqu’une fois passée par le feu ce qui reste est dérisoire. Qu’est-ce que cette « matière » ? Des atomes qui se tiennent ensemble… par la volonté nécessaire ce celui qui regarde l’objet dont elle est formée…ou une force divine ? Le mythe de la caverne de Platon interroge sur l’image de la réalité et sur la relative pertinence de cette réalité. La mort conduit à la décomposition du corps. Il ne reste que les os, pour les animaux comme pour les humains, un matériau blanc comme le calcaire…

La mythologie inspire les poètes, les divinités de l’Olympe permettent aux auteurs des comédies ou des tragédies dont personne ne pense qu’elles sont le reflet d’une quelconque réalité autre que littéraire et artistique. Sur l’Agora Athénienne si les gens espèrent que leur mort ne sera pas trop difficile à aborder, ce qu’il y a de l’autre côté reste totalement inconnu … sauf pour quelques « connaisseurs » qui vous font miroiter un paradis avec plus ou moins de vierges selon les époques. 

Quelques informations sur la perception des « divinités »

Dès le 7e siècle av.JC et plus encore dès le 5e les philosophes et « savants » grecs se sont posés la question de la création, de la souveraineté universelle et des principes de l’origine de toutes choses.

La « religion » et ses rituels marquaient le parcours annuel et sociétal avec ses rites de passage, ses initiations. Très vite les intellectuels les plus futés se sont rendu compte que l’intervention humaine n’avait aucune influence sur le parcours du temps et des éléments. Seuls les comportements humains pouvaient être organisés, régulés, structurés si ils étaient mis en rapport avec des traditions en relation avec le « religieux » d’où découlait une éthique.

Les grecs n’étaient pas athées au sens moderne du terme, ni incroyants dans les coutumes de l’époque. S’ils n’accordaient pas « foi » dans les Dieux de l’Olympe, ils se servaient de ces symboles pour communiquer leurs questions en sachant pertinemment que sur l’Olympe, il n’y avait que de la neige et parfois des orages dont ils ignoraient l’origine.

Ils imaginaient qu’il y avait une « divinité » originelle, et des principes de fonctionnement du monde inexplicables sans une « force divine » qui mettait en mouvement les astres, soleil, Lune, vents et marées, vie et mort.

L’anthropomorphisme donné à ces différentes forces qui agitaient l’univers et nos émotions est devenu le panthéon et rejoint culturellement les « faire-croire » des « initiés » des religions animistes, chamanistes, etc.

Les récits des poètes inspirent les sculpteurs, les traditions mythologiques vont permettre à des artistes comme Praxitèle, Phidias et Lysippe de sculpter des « idoles » = des représentations de divinités ou de héros, placés dans des bâtiments votifs, appelés « temples » mais plus représentatifs de la richesse de ceux qui les ont sponsorisés. Ils qui entretiennent leurs célébrants-servants de dieux, au sens ou on l’entend habituellement, mais sans aucune ressemblance avec ce que les fidèles juifs croyaient.

Dans l’histoire européenne : Les cathédrales sont le reflet de la richesse des commanditaires qui les ont édifiées…comme la Fondation Pierre Arnaud à Crans Montana, ou les musées Guggenheim de New-York ou Venise.

Autre exemple contemporain au 21e siècle : Les « Tramp Buildings » ou les méga centres comme ceux de Google aux USA qui sont l’expression culturelle de la même envie de dire : « Voyez comme je suis riche et béni des Dieux».

16Tandis que Paul les attendait à Athènes, il avait l’âme bouleversée de voir cette ville pleine d’idoles.  17 Il adressait donc la parole, dans la synagogue, aux Juifs et aux adorateurs de Dieu, et, chaque jour, sur la place publique, à tout venant. 18 Il y avait même des philosophes épicuriens et stoïciens qui s’entretenaient avec lui. Certains disaient : « Que veut donc dire cette jacasse ? » Et d’autres : « Ce doit être un prédicateur de divinités étrangères. » – Paul annonçait en effet Jésus et la Résurrection. 

19 Ils mirent donc la main sur lui pour le conduire devant l’Aréopage : « Pourrions-nous savoir, disaient-ils, quelle est cette nouvelle doctrine que tu exposes ?  20En effet, tu nous rebats les oreilles de propos étranges, et nous voudrions bien savoir ce qu’ils veulent dire. »  21 Il faut dire que tous les habitants d’Athènes et tous les étrangers en résidence passaient le meilleur de leur temps à raconter ou à écouter les dernières nouveautés.

22 Debout au milieu de l’Aréopage, Paul prit la parole : « Athéniens, je vous considère à tous égards comme des hommes presque trop religieux. 

23 Quand je parcours vos rues, mon regard se porte en effet souvent sur vos monuments sacrés et j’ai découvert entre autres un autel qui portait cette inscription : “Au dieu inconnu”. Ce que vous vénérez ainsi sans le connaître, c’est ce que je viens, moi, vous annoncer. 24 Le Dieu qui a créé l’univers et tout ce qui s’y trouve, lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des temples construits par la main des hommes 25 et son service non plus ne demande pas de mains humaines, comme s’il avait besoin de quelque chose, lui qui donne à tous la vie et le souffle, et tout le reste.

26« A partir d’un seul il a créé tous les peuples pour habiter toute la surface de la terre, il a défini des temps fixes et tracé les limites de l’habitat des hommes :  27 c’était pour qu’ils cherchent Dieu ; peut-être pourraient-ils le découvrir en tâtonnant, lui qui, en réalité, n’est pas loin de chacun de nous.

28« Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être, comme l’ont dit certains de vos poètes : “Car nous sommes de sa race.”

29« Alors, puisque nous sommes la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité ressemble à de l’or, de l’argent, ou du marbre, sculpture de l’art et de l’imagination de l’homme.  30Et voici que Dieu, sans tenir compte de ces temps d’ignorance, annonce maintenant aux hommes que tous et partout ont à se convertir. 31 Il a en effet fixé un jour où il doit juger le monde avec justice par l’homme qu’il a désigné, comme il en a donné la garantie à tous en le ressuscitant d’entre les morts. »

32 Au mot de « résurrection des morts », les uns se moquaient, d’autres déclarèrent : « Nous t’entendrons là-dessus une autre fois. »  33 C’est ainsi que Paul les quitta. 

34Certains pourtant s’étaient attachés à lui et étaient devenus croyants : parmi eux il y avait Denis l’antidopage, une femme nommée Tamaris, et d’autres encore.

Paul s’est magistralement « planté » : Jusqu’à l’évocation de la résurrection, cela faisait partie des mythologies et des récits allégoriques, cela pouvait passer, mais il n’avait pas le talent d’Aristophane ou d’Eschyle, son image de Dieu était un peu terre à terre, de ces croyances juives connues et sans grand écho sur l’Aréopage.

Mais la résurrection des morts, a part celle des ivrognes après un comas éthylique, personne ne peut y croire sérieusement…passons à autre chose !

Ce qui est admirable dans le livre des actes, c’est que ce récit totalement « défavorable à Paul » va servir d’exemple : Il démontre la nécessité d’assimiler la culture de ses auditeurs avant de leur enfiler des calembredaines.

Paul va faire les 90 KM entre Athènes et Corinthe en trois jours, en ruminant son échec devant les philosophes, et en méditant sur Denis, Tamaris et la petite communauté judéo-chrétienne qui avait déjà entendu parler de Jésus avant l’arrivée de Paul, et qui maintenant était convaincue… mais par autre chose que le discours sur l’Autel au Dieu Inconnu… Sans doute par le partage du pain et du vin, en « Présence du Christ ».

La fondation de l’Eglise de Corinthe.

Corinthe, c’est la ville polyglotte, au carrefour commercial et international sur l’isthme du même nom, cette ville est le point de passage privilégié entre la méditerranée et la Mer Eggée. C’est là que sont débarquées les cargaisons de Rome et d’Italie qui seront remises à flot de l’autre côté de l’obstacle terrestre qui relie le continent au Péloponnèse, pour l’Asie Mineure.

Dans cette ville se croisent toutes les spiritualités, toutes les conditions sociales, les marchands, les esclaves, les soldats, les philosophes et les artistes qui vont d’un côté à l’autre du monde Gréco-romain. On pourrait comparer Corinthe à New-York aujourd’hui.

Paul y apprendra les références de ses contemporains, hors du Judaïsme.

Chapitre 18

1 En quittant Athènes, Paul se rendit ensuite à Corinthe. 

2 Il rencontra là un Juif nommé Aquilas, originaire du Pont, qui venait d’arriver d’Italie avec sa femme, Priscille. Claude, en effet, avait décrété que tous les Juifs devaient quitter Rome. Paul entra en relations avec eux 3 et, comme il avait le même métier – c’était des fabricants de tentes – il s’installa chez eux et il y travaillait.  4 Chaque sabbat, il prenait la parole à la synagogue et tâchait de convaincre Juifs et Grecs.  5Mais, lorsque Silas et Timothée furent arrivés de Macédoine, Paul se consacra entièrement à la Parole, attestant devant les Juifs que le Messie, c’est Jésus.

6 Devant leur opposition et leurs injures, Paul secoua ses vêtements et leur déclara : « Que votre sang vous retombe sur la tête ! J’en suis pur, et désormais c’est aux païens que j’irai. » 7 Quittant ce lieu, il se rendit chez un certain Titus Justes, adorateur de Dieu, dont la maison était contiguë à la synagogue. 

8Crispus, chef de synagogue, crut au Seigneur avec toute sa maison, et beaucoup de Corinthiens, en écoutant Paul, devenaient croyants et recevaient le baptême. 

9Une nuit, le Seigneur dit à Paul dans une vision : « Sois sans crainte, continue de parler, ne te tais pas. 

10Je suis en effet avec toi et personne ne mettra la main sur toi pour te maltraiter car, dans cette ville, un peuple nombreux m’est destiné. »

11 Paul y demeura un an et six mois, enseignant la parole de Dieu.

12La comparution de Paul devant Gallion

Sous le proconsulat de Gallion en Achaïe, l’hostilité des Juifs devint unanime à l’égard de Paul, et ils l’amenèrent au tribunal. 13 « C’est à un culte illégal de Dieu, soutenaient-ils, que cet individu veut amener les gens. » 

14Paul allait prendre la parole, quand Gallion répondit aux Juifs : « S’il s’agissait d’un délit ou de quelque méfait éhonté, je recevrais votre plainte, ô Juifs, comme de raison ; 15mais, puisque vos querelles concernent une doctrine, des noms et la loi qui vous est propre, cela vous regarde ! Je ne veux pas, moi, être juge en pareille matière. » 16Et il les renvoya du tribunal. 17 Tous se saisirent alors de Sosthène, chef de synagogue ; ils le rouaient de coups devant le tribunal ; mais Gallion ne s’en souciait absolument pas.

Passage de Paul à Antioche

18Paul resta encore assez longtemps à Corinthe. Puis il quitta les frères et s’embarqua pour la Syrie, en compagnie de Priscille et d’Aquilas.

On évalue à 3 ans le séjour de Paul à Corinthe. Avec ses amis, il va commencer par se taire et à écouter la manière dont s’expriment les membres de la petite communauté d’abord chez Aquilas, puis chez Titius Justus, qui n’avait pas de « passé juif » à surmonter.

Devant Gallion, c’est la première fois que la « séparation de l’Eglise et de l’État » est explicitement mise en évidence : reprenant la phrase de Jésus « rendez à César ce qui et à César et à Dieu ce qui et à Dieu ».

On peut dire que c’est une véritable « mise à niveau » que Paul opère à Corinthe et cela va lui servir pour tout son « ministère » itinérant. Il insistera sur son identité de citoyen Romain plus que sur son origine pharisienne désormais plus lourde à porter.

Conclusion :

Le parcours de Paul entre Philippe et Corinthe nous permet de comprendre qu’il ne sert à rien de proférer des idées fondamentalistes sans en connaître le sens originel pour le rendre « audible » dans la situation où on se trouve.

L’échange avec la communauté locale a été indispensable pour valoriser la tradition juive dans un nouveau contexte.

Il est nécessaire de comprendre ce que les destinataires de nos messages peuvent entendre, et ce qui va « brouiller » la communication : Un beau discours proféré par un orateur dont la cravate est de travers et la veste mal boutonnée perturbera les auditeurs spectateurs plus que la difficulté des propos. De même l’emploi d’un vocabulaire ou de concepts inconnu des auditeurs rendra le discours inaudible.

Paul va apprendre la culture Gréco romaine et développera l’organisation de « l’Ecclésia » avec ses successeurs pour en faire une organisation universelle (catholique) qu’il faudra adapter, siècle après siècle pour que le cœur de la Bonne Nouvelle reste pertinent. Le Livre des Actes est donc une « marche à suivre » …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s